Retour à la boîte à outils

Généralités – Choisir son animal pour une relation de qualité

La relation qui s’instaure entre l’homme et l’équidé est un élément fondamental pour le bien-être de l’homme et celui de l’animal. La qualité de cette relation possède des répercussions sur la qualité du travail accompli, et plus crucial encore, sur la sécurité. Seul un cheval sécurisé par son meneur pourra être utilisé en toute confiance. Par exemple, si le cheval, animal de proie très réceptif à son environnement, peut s’emballer, se mettant en danger ainsi que son environnement, il est paradoxalement capable de sauter dans le vide pour les besoins d’une cascade. Si cette prouesse est possible, c’est bien qu’il est possible de tirer le pire comme le meilleur de son compagnon « cheval ».

L’utilisation de la traction animale ne constitue en rien un choix anodin parce que c’est une énergie vivante. Pour que ce choix soit fait de manière responsable, il est utile de se poser les bonnes questions, au bon moment. Afin d’aborder cette notion de qualité de la relation, voici quelques questions qui peuvent permettre d’en cerner au mieux les implications.

Ces questions centrales sont tirées de la brochure « la traction animale en agriculture » éditée par le CIVAM :

Choix de l’animal : les questions à se poser
• Quel type d’animal (cheval, âne, mule, bœuf) me correspond le plus?
• Quelles sont les activités que l’animal réalisera ?
• Quelles qualités doit-il avoir pour ces travaux ?
• Quelles sont mes connaissances en traction animale ? Quel est mon niveau d’aptitude avec les animaux de traction ?
• Est-ce que je me sens capable de mener un animal puissant ou émotif ?
• Suis-je disponible au quotidien pour en prendre soin ?
• Quel est mon réseau pour me faire accompagner, pour progresser ?

La relation homme-animal
« C’est par la parole ou la caresse que les éleveurs reconnaissent leurs animaux et c’est par la confiance et la proximité que les animaux reconnaissent leurs éleveurs. » (Jocelyne Porcher, Le travail des animaux d’élevage : un partenariat invisible ?, Les cahiers de l’environnement de l’INRA, mars 2015)
Une bonne relation avec son animal de trait est la clé pour :
• la motivation et le plaisir à travailler ensemble
• la sécurité de l’animal et du meneur
• la qualité du travail réalisé

Quelques questions à se poser pour entretenir une bonne relation :
• Suis-je bien dans une relation de respect de l’animal, de compagnonnage ?
• Est-ce que je respecte la capacité physique et mentale de mon animal pour le travail que je lui demande ?
• Est-ce que je m’exprime clairement ? Est-ce que l’animal a compris mes consignes?
• L’expérience du travail est-elle positive pour l’animal, lui permet-elle de rester motivé ?
• La difficulté du travail est-elle progressive?

L’éducation de l’animal
Afin d’éviter une expérience négative, quelques questionnements sont nécessaires :
• Ai-je les compétences et l’expérience pour éduquer l’animal ?
• Ai-je le temps de le faire ?
• Suis-je prêt à ne pas brûler les étapes et à ne pas attendre de résultats de l’activité dépendante de la traction animale ?
• Suis-je entouré de personnes expérimentées sur qui m’appuyer ?
Pour parvenir à un travail précis et efficace, dans la confiance mutuelle et dans le respect du meneur et des codes mis en place, l’apprentissage doit être progressif et positif pour l’animal. Les travaux doivent être adaptés au stade d’apprentissage de l’animal : pour démarrer, un objet non dangereux (par exemple un gros pneu) est préférable, puis il sera possible de demander un travail
peu précis (hersage des prairies), puis progressivement des opérations plus difficiles (en termes de précision requise et de puissance).

Le bien-être de l’animal et le respect de ses besoins naturels conditionnent sa capacité à travailler et donc la pérennité de la traction animale.

 

  • Généralités – Choisir son animal pour une relation de qualité
Lire la suite