Retour à la liste des usages

Police ou gendarmerie à cheval

Qu’elle soit municipale ou nationale, la police montée à cheval bénéficie d’un capital sympathie certain auprès de la population.
Utile notamment dans les missions de prévention et de surveillance, elle permet de donner aux citoyens une image de proximité des forces de l’ordre et facilite les relations avec la population.

Les exemples se multiplient sur le territoire armoricain, et les expériences rencontrent pour la plupart un franc succès auprès de la population.

Le policier à cheval est affecté à des missions de sécurité, de prévention et de maintien de l’ordre.  Il peut être employé dans la police nationale (unité équestre) ou au sein d’une police municipale (brigade équestre).
Avant d’être un bon cavalier, le gendarme ou policier à cheval est avant tout un gendarme ou un policier.

AVANTAGES
– Hauteur du point de vue (point d’observation à environ 3 mètres du sol) qui permet de voir (dans un objectif de surveillance), mais également d’être vu (dans un objectif de prévention).
– Accès à des endroits peu accessibles aux brigades motorisés : espaces naturels, littoral
– Communication facilitée avec la population

 

Un exemple local:

La brigade d’Etel, intervenant à Erdeven

  • Équi-cité 2011, La Gacilly - Brigade montée
Lire la suite
Annexes