Prospective et perspectives…

L’IFCE et l’INRA ont mené en 2012 une étude conjointe sur le devenir de la filière équine à échéance 2030.

4 scénarios de développement ont été construits, en fonction de variables économiques et sociétales différentes, voire opposées.

Parmi ces 4 scénarios, l’un est orienté autour du cheval citoyen, imaginant une généralisation de ses usages dans la société. Il est intéressant de voir ce que pourrait donner l’utilisation de chevaux réintégrés à notre quotidien.

Les 4 scénarios à échéance 2030 sont les suivants :

1 – Tous à cheval – Le cheval dans le marché des loisirs, porté par une grande diversité d’entreprises

2 – Les cheval des élites – Des usages restreints, dans une société de fracture sociale et de pression sur les ressources naturelles

3 – Le cheval citoyen – Le cheval dans l’action publique et collective, lien entre les hommes, les territoires et la nature

4 – Le cheval compagnon – De l’exploitation au prendre soin, la recherche du bien-être de l’animal

Dans les annexes jointes se trouve un récapitulatif de ces scénarios, ainsi que le lien vers la page internet de l’INRA traitant du sujet.

 

Scénario 3 : Le cheval citoyen – Le cheval dans l’action publique et collective, lien entre les hommes, les territoires et la nature

Dans un contexte de globalisation et d’accélération des rythmes de vie, la société exprime un désir croissant de nature et de rapprochement entre les personnes auquel l’action publique territoriale répond par un soutien aux initiatives en faveur de l’utilisation du cheval au titre de l’aide à une activité économique, de la protection de l’environnement et du bien-être personnel et collectif. Les aides européennes, la décentralisation des soutiens nationaux et la restitution d’une partie du prélèvement de l’État sur les paris hippiques dont il détient de nouveau le monopole, permettent la contractualisation avec des entreprises équestres privées et associatives. Si l’équitation pour tous est au cœur du dispositif, le recours au cheval pour l’entretien des espaces, l’agriculture, les services communaux et à la personne, l’hippothérapie, l’éducation et la réinsertion est fortement encouragé. Les hippodromes les plus fréquentés et rentables sont intégrés dans la démarche de valorisation du patrimoine équestre et hippique, les autres disparaissent. Cette multiplicité des usages permet aux chevaux de changer de carrière au cours de leur vie. Le marché français est essentiellement approvisionné par des éleveurs français qualifiés qui commercialisent des produits adaptés à la nouvelle demande au sein de réseaux de proximité valorisant signes de qualité et certificats d’aptitudes à différents usages.

 

 

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *