Les premiers territoires Faire à cheval récompensés à Quimper

C’est à Quimper, capitale de Cornouailles, qu’ont été récompensés les 1ers territoires bretons engagés dans le cheval territorial, à l’occasion de la journée Cheval territorial organisée par l’ATTF (Association des Techniciens Territoriaux de France). Pour ce lancement, c’est l’Ille et Vilaine qui rafle la mise, avec 2 lauréats issus de ce département, dont le conseil départemental lui-même. On savait ce département particulièrement impliqué dans l’usage du cheval de trait breton, cela se confirme donc.

Et c’est un parrain de marque, le sénateur Joël Labbé, auteur de la loi Zéro Phyto, qui a remis en mains propres les trophées aux 2 lauréats :

– Le Conseil Départemental d’Ille et Vilaine a été récompensé pour son action dans les ENS – Espaces Naturels Sensibles du département. La collectivité se donne depuis de nombreuses années les moyens d’utiliser le cheval de manière professionnelle, et ce label est l’occasion de saluer ces investissements, tant matériel qu’humain.

– La commune de La Bouëxière s’est également vue remettre un trophée, pour son usage du cheval depuis pratiquement 10 ans. La commune en a fait un vecteur de lien social dans la commune. Ici, c’est la persévérance de l’équipe et l’engagement des bénévoles qu’il faut souligner, dans la mise en œuvre des actions.

La ville de Quimper, qui accueillait cette journée, a également reçu un label d’encouragement, pour récompenser l’action de collecte des ordures ménagères menée cet été dans l’hypercentre historique. Ludovic Jolivet, maire de la ville, a reçu lui-même cette distinction et promis que l’action serait reconduite l’été prochain.

C’est à l’issue de la 2nde commission bretonne des chevaux territoriaux qu’ont été remis ces 1ers labels. Pour cette seconde commission, 16 collectivités bretonnes s’étaient réunies en mairie de Quimper, qu’elles soient utilisatrices ou en projet. A cette occasion, Chloé Mulier, de l’INRA, est venue présenter ses travaux sur la valeur patrimoniale de l’utilisation du cheval territorial, en se basant sur ses analyses de la ville de Vendargues. Caroline Charpentier, ancienne chargée de développement de la traction animale en Charente Maritime, a également fait état des recherches sur les bilans carbone comparés Cheval/Engin motorisé qui avaient été menées dans son département à l’occasion du PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial).

L’après midi ont eu lieu des démonstrations dans la plaine du Moulin Vert, avec un rassemblement d’une dizaine d’équidés, représentant leur collectivité sur le terrain. En matinée tout d’abord, la calèche de Douarnenez avait été accueillir le sénateur Joël Labbé en gare de Quimper, pour le conduire à la mairie. En début d’après midi, c’est le Conseil départemental du Finistère qui a ouvert les festivités, avec sa brigade montée constituée de 2 traits bretons. Le SMATAH, très remarqué avec  ses deux traits du nord, a effectué une démonstration de broyage, puis de dégrumage. L’écomusée des Monts d’Arrée et le PNRA (Parc Naturel Régional d’Armorique) ont montré leur savoir faire en matière de débardage en bord de rivière. La ville d’Hennebont a ensuite témoigné concrètement de son expérience de collecte en zone urbaine, qui pourrait servir d’exemples à plusieurs collectivités présentes. Les attelages Ar Maner ont ensuite effectué l’entretien de désherbage d’un terrain de boules, suivis de l’attelage de Lorient Agglomération, qui a ensuite hersé et andainé les résidus de désherbage. Pour clôturer, ce sont les ânes des roulottes d’Iroise qui ont mené avec l’escargoline une petite fille qui avait des difficultés à se déplacer. Car les enfants étaient présents ce jeudi, et en nombre. Une centaine d’enfants de l’école voisine Léo Goraguer étaient en effet venus assister aux démonstrations. Ils avaient préparé leur venue, en anticipant de nombreuses questions pertinentes, qui ont rafraîchi l’assemblée par leur justesse et leur spontanéité. Les plus grands devraient livrer un reportage sur le site internet de la ville dans les semaines à venir.

Pour clôturer par une seconde touche de jeunesse, la jumenterie de Cornouailles est venu présenter son activité et ses produits basés sur le lait de jument. Touche de jeunesse car ces produits ne peuvent voir le jour que grâce à la présence de nombreux poulains. Espérons donc que l’avenir leur permette de devenir, eux aussi, des chevaux territoriaux bretons.

 

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *